La Boîte à Livres PRINCIPE LOUISE G. FABRICATION LIVRES CONTACTS MARCHES CQK
La boîte à livres

Pourquoi lui avoir donné pour nom « Louise G. » ?

Primo, de part sa position : sur la place Louise Godin.

Secundo, Louise Godin ayant épousé en 1868 Franz Kegeljan, il n’en fallait pas plus au Comité d’un quartier qui s’articule autour de « l’Espace Kegeljan », pour boucler la boucle.


Suite au décès de leur enfant Fernand,  Louise Godin (19/04/1845 - 12/02/1939) fit construire un hospice à Salzinnes. Cet hospice était destiné aux enfants rachitiques et atteints de tuberculose osseuse.

Déjà active dans de nombreuses oeuvres, Louise Godin s’occupera personnellement de cet établissement et souscrira au projet de son beau-père visant à construire l’hôpital Saint-Camille.

Agissant dans l’intérêt des nécessiteux et dans la protection de l’enfance, elle se préoccupa particulièrement du sort des jeunes délinquantes, des prostituées et des prisonnières libérées.

Dame patronnesse, présidente de l’Association des Dames de la Miséricorde qu’elle avait contribué à créer en 1887, et Prix Blondeau 1910, Louise Godin cède à la ville de Namur, pour un prix très peu élevé, son hôtel particulier de la rue de Fer, pour permettre aux autorités communales de retrouver un nouveau hôtel de ville et remplacer celui qui fut incendié par les allemands en août 1914.

En hommage à cette grande dame, véritable philanthrope, la ville de Namur donna son nom à la place Louise Godin à Salzinnes.

Sources :
Centre d’archives privées de Wallonie, Institut Destrée, Revues de Presse
Françoise JACQUET-LADRIER, Dictionnaire biographique namurois, Namur, Le Guetteur wallon, n° spécial 3-4, 1999, p 107
Dictionnaire des femmes belges. XIXe et Xxe siècles, Bruxelles, 2006, p.278-279
Vincent BRUSH, Jean BAUDHUIN, Franz Kegeljan, Namur, Les Amis de la Citadelle de Namur, 1986

Louise Godin

Franz Kegeljan